L’impact d’Instagram sur la vraie vie – prise de conscience & réadaptation

L’impact d’Instagram sur la vraie vie – prise de conscience & réadaptation

Me voilà de retour pour un nouveau départ et je suis très contente de vous retrouver.

 

1 Janvier 2018

 

Le passage à la nouvelle année a marqué un changement plutôt radical.

Pas de résolutions mais de nouvelles choses très positives s’annonçaient pour 2018 et nécessitaient BEAUCOUP de travail pour y arriver. J’avais envie de me donner les moyens de réussir à vivre de ma passion : l’organisation de mariages, la photo, le graphisme … Un mix de choses créatives qui me ressemblent et qui me donnent envie de me lever le matin.

Mais une nouvelle plutôt triste est venue se mêler à cette belle perspective et m’a fait prendre conscience des priorités et surtout, de la réalité de la vie en dehors du monde tout rose qu’est Instagram.

J’avais un peu développé ce ressentit sur mon post Instagram mais sans rentrer dans le fond de ma pensée. Aujourd’hui je ressens le besoin de coucher les mots sur le papier pour avancer le coeur léger.

 

Instagram

 

Instagram avait un impact de plus en plus négatif sur mon quotidien. C’était une sensation un peu difficile à décrire, mais comme une sorte d’amertume. Je n’avais plus envie de devoir créer du contenu pour satisfaire les marques et pour suivre la tendance. J’étais aussi écoeurée du côté « m’as-tu vu » d’Instagram. Toutes ces gens qui vivent dans un monde connecté H-24 où tout semble être dans le paraitre. Je ne vais pas mentir, ce style de vie m’a fait rêver (comme beaucoup je pense). Alors j’ai essayé de rentrer dans le moule, sans vraiment m’en rentre compte, en postant des photos d’une vie qui me faisait rêver. Mais ce n’était pas tout à fait la réalité. Bien sur, c’était bien mes photos et ma vie, mais toujours des mises en scènes. Alors tout comme vous, j’étais devenue la spectatrice de ma vie et je n’en profitais pas.

Plus ça allait et plus j’étais triste de ne pas avoir les moyens de vivre comme Instgram le dictait. Ça me rendait malheureuse, je m’en voulais de ne pas avoir les moyens de m’offrir ce que je voyais sur les photos des autres, j’enviais leur vie sans même regarder ce que j’avais. Parce que si on ne pense pas à prendre de recul avec Instagram, on se fait entrainer et on essaye de suivre comme un mouton pour appartenir à ce monde fictif et devenir, en fin de compte, un produit Instgramable.

Mais finalement, est-ce que ce n’est pas plus agréable de recevoir un bouquet de fleurs de la part d’une personne qui compte à nos yeux plutôt que d’une marque qui ne cherche qu’à profiter de votre visibilité ? Même si ce n’est qu’une fois par an.

Est-ce que ce n’est pas plus agréable que votre amoureux vous prépare un plat maison pour passer une soirée en tête à tête plutôt que ce qu’une marque vous envoie une livraison contre un échange de visibilité ? Et manger froid le temps de faire les photos.

Est-ce que vous n’avez pas plus de plaisir à vous offrir un produit de beauté qui vous tente vraiment plutôt que d’en recevoir 100 par des marques qui attendent des posts ?

La vie est faite d’une multitude de petits bonheurs simples au quotidien et Instagram a tendance à nous les faire oublier au profits de choses plus superficielles (et souvent au dessus de nos moyens) qu’il faut exposer aux autres. 

Vous le savez, avec les partenariats rien n’est gratuit. J’ai trouvé ça super cool pendant un temps et puis la réalité à repris le dessus. Si ce n’est pas un boulot à temps plein le rythme devient vite infernale. Je n’avais plus le temps, plus l’énergie et j’étais tout simplement dégoutée de ce réseau social. C’est tout ce trop-plein de sentiments négatifs qui m’a fait poster cette publication Instagram du premier janvier.

Je n’en ai parlé à personne. J’ai eu un coup de trac et puis je me suis dit que je m’en foutais, après tout c’est ma vie et il était temps que j’en reprenne le contrôle. J’en avais besoin, c’est tout. Dans la foulée j’ai supprimé tous les comptes idylliques que je suivais et j’ai déconnecté mon compte quelques jours après. J’ai été très touchée par tous vos messages privés, vos mails, vos commentaires auxquels je ne m’attendais pas du tout. Ils m’ont convaincu d’avoir pris la bonne décision.

 

La période d’adaptation

 

Vous allez peut-être trouver ça exagéré mais j’ai réellement du « m’habituer à vivre sans Instagram ». Oui, parce que quand mon réveil sonnait j’allais sur Instagram pendant 20 à 30 min à regarder les photos de vacances des autres, finalement j’étais en retard et j’avalais un petit-déjeuner en vitesse avant de sauter dans le metro et d’aller au boulot. Dur contraste de vies à encaisser chaque les matins. Ensuite j’allais sur Instargam peut-être 20 fois dans la journée (même sans m’en rendre compte), bonjour la concentration et la productivité. Et le soir, devant un film, j’étais encore scotchée à mon téléphone.

Ça m’a pris quelques semaines avant de ne plus ressentir ce « manque ».  Et puis je me suis sentie vraiment libérée. J’avais plus de temps pour m’occuper de moi, de mon couple, de ma vie. Cette pause m’a aidé à me recentrer sur ma vie réelle, à l’aimer telle qu’elle est et surtout, à la vivre tel que j’en ai les moyens !

Alors voilà, en un peu plus de 3 mois j’ai vraiment eu le temps de faire le point sur ce que j’aime et sur la manière dont je voulais continuer d’échanger avec vous. Parce qu’Instagram a aussi un autre aspect (et je suis passée à côté pendant longtemps), une source de créativité et d’inspiration quasi inépuisable. Alors je reviens aujourd’hui avec une philosophie un peu différente et une autre approche. Je ne l’ai pas encore définie puisque ça ne s’improvise pas (sinon je n’aurais rien après de cette pause haha) mais je verrai au fur et à mesure et ça restera dans tous les cas assez minimaliste. Une chose est sûre, ça ne sera pas très régulier et il n’y aura plus de partenariats commerciaux.

 

Charlotte Caen graphiste

Et maintenant ?

 

Pour vous faire un update de ma « situation » actuelle, j’ai quitté mon CDI dans la Communication pour me consacrer pleinement à l’agence Mademoiselle dit Oui qui nous promet une belle année et de belles perspectives d’avenir. Je reste habiter à Paris même si je vais passer une grande partie de la saison sur l’île de Ré. Et je me consacre aussi de nouveau au graphisme et à l’illustration, que j’avais laissé de côté pendant longtemps.

Je suis désolée pour cet article long comme le bras mais j’avais besoin de tout vous dire pour partir sur de nouvelles bases.
Alors pour celles et ceux qui vont rester, je suis ravie de vous retrouver et à très vite.  🙂

 

 

No Comments

Post A Comment